• 1.1 L'avortement dans le contexte mondial
  • 1.2 Avortement médicamenteux
  • 1.3 Soins d'avortement centrés sur la femme
  • 2.1 Établissement de la grossesse et de l'âge gestationnel
  • 2.2 Évaluation de l'admissibilité
  • 2.3 Consentement éclairé
  • 2.4 Faire un plan
  • 3.1 Choix du schéma thérapeutique à utiliser
  • 3.2 Comment utiliser les pilules d'avortement avant 13 semaines: Mifépristone + Misoprostol
  • 3.3 Comment utiliser les pilules d'avortement avant 13 semaines: Misoprostol seulement
  • 3.4 À quoi s'attendre
  • 3.5 Quand demander des soins médicaux
  • 4.1 Préparation et mise en place
  • 4.2 Choix du schéma thérapeutique à utiliser
  • 4.3 Comment utiliser les pilules d'avortement entre 13 et 22 semaines: Mifépristone + Misoprostol
  • 4.4 Comment utiliser les pilules d'avortement entre 13 et 22 semaines: Misoprostol seulement
  • 4.5 À quoi s'attendre
  • 4.6 Complications
  • 5.1 Suivi
  • 5.2 Contraception le jour de l'avortement
  • 5.3 Santé mentale après un avortement
  • 5.4 Retour aux activités de routine
Leçon 1: Un aperçu de l'avortement

Leçon 1: Un aperçu de l'avortement



Ce cours en ligne est conçu pour former des travailleurs humanitaires dans la façon de fournir en toute sécurité un avortement médicamenteux, ou un avortement avec des pilules.


1.1) L'avortement dans le contexte mondial

Les avortements peuvent survenir spontanément, couramment appelés fausse couche ou à la suite d'une intervention volontaire, également appelée avortement provoqué.

L'avortement provoqué est assez commun. Des études montrent qu'environ une grossesse sur quatre se termine par un avortement provoqué.

Les femmes et les filles du monde entier - de tous âges, religions, nationalités et classes sociales - ont des avortements.

On estime à 56 millions le nombre d'avortements provoqués dans le monde chaque année.

Environ la moitié de ces avortements (31 millions) sont des avortements sans danger et environ la moitié (25 millions) sont à risque.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), un avortement à risque est l'interruption de grossesse soit:

  • par des personnes n'ayant pas les compétences nécessaires, ou
  • dans un environnement non conforme aux normes médicales minimales,
  • ou les deux.

Voici des exemples d'avortements à risque:

  • Utilisation d'herbes traditionnelles
  • Boire des substances toxiques nocives telles que le savon ou le chlore
  • Prendre de façon incorrecte différents médicaments
  • Insérer des objets dangereux tels que des bâtons, des racines, des aiguilles ou du verre brisé dans le vagin ou l'anus.

L'avortement non médicalisé est l'une des principales causes de décès maternel dans le monde et la seule cause presque entièrement évitable.

Dans certains contextes, jusqu'à 30% des décès maternels sont dus à un avortement non médicalisé.

Selon l'Institut Guttmacher, un avortement pratiqué dans de mauvaises conditions de sécurité entraîne au moins 22 800 décès par an;

  • 7 millions de femmes supplémentaires sont hospitalisées en raison de complications dues à des avortements non médicalisés, tels que des saignements abondants, des infections et des lésions du tractus génital et des organes internes.

Ces complications peuvent également entraîner des conséquences permanentes telles que la stérilité et la douleur chronique.

Les femmes ayant une grossesse non désirée ont souvent recours à un avortement pratiqué dans de mauvaises conditions de sécurité lorsqu'elles ne peuvent pas accéder à des services d'avortement sans risque.

Les obstacles aux soins de l'avortement médicalisé comprennent des lois restrictives, une faible disponibilité des services, des coûts élevés, la stigmatisation et des exigences inutiles telles que des périodes d'attente obligatoires, des conseils obligatoires et des tests médicalement inutiles qui retardent les soins.

Les femmes vivant dans des pays à faible revenu, les femmes pauvres et les femmes dans des contextes humanitaires sont plus susceptibles de subir un avortement peu sûr.

97% des avortements non médicalisés se produisent dans les pays en développement.

En Afrique et en Amérique latine, 3 avortements sur 4 sont dangereux.

Le risque de mourir d'un avortement non médicalisé est le plus élevé d'Afrique.

Selon l'OMS, les avortements sont considérés comme sûrs si:

  • la personne qui fournit ou soutient l'avortement est formée; et
  • l'avortement est fourni via une méthode recommandée par l'OMS et adaptée à la durée de la grossesse.

Les méthodes recommandées par l’OMS pour un avortement sans risque sont les suivantes:

    L'avortement médicamenteux , ou un avortement avec des pilules, qui est au centre de ce cours; et

    Aspiration manuelle , ou MVA, qui est une procédure simple ambulatoire qui consiste à insérer un tube en plastique étroit dans l'utérus et à retirer la grossesse en toute sécurité par aspiration.

Les méthodes recommandées par l’OMS pour un avortement sans risque sont les suivantes:

1.2) Avortement médicamenteux

Lors d'un avortement médicamenteux, on prend des pilules pour provoquer la contraction de l'utérus et étouffer la grossesse par un processus similaire à celui d'une fausse couche.

L’avortement médicamenteux a constitué une avancée importante dans les soins liés à l’avortement et présente de nombreux avantages:

  • Il est non invasif et souvent considéré comme un processus plus naturel.
  • Il peut être fourni en dehors d'un établissement de santé ou avec des visites réduites.
  • Cela peut souvent se produire au domicile de la femme, ce qui permet plus d’intimité et de confidentialité.
  • C'est très efficace et très sûr.

Le risque de complication grave mettant la vie en danger est extrêmement faible (moins de 1%).

  • Il ne cause pas d'infertilité et n'affecte pas les grossesses futures.
  • Il n’a pas besoin de professionnels de la santé formés à la chirurgie, d’instruments stériles ni d’exigences en matière d’hygiène.
  • les pilules sont peu coûteuses et ne nécessitent pas de réfrigération ni de chaîne du froid.

Pour toutes ces raisons, l’avortement médicamenteux a élargi l’accès des femmes du monde entier à des services d’avortement sans risque

  • en particulier dans les contextes à faibles ressources et humanitaires - et a permis aux femmes de jouer un rôle plus important dans leurs propres soins.

Les deux médicaments impliqués dans l'avortement médicamenteux sont la mifépristone et le misoprostol.

Mifépristone: La mifépristone bloque la progestérone, la principale hormone de la grossesse.

Le risque de complication grave mettant la vie en danger est extrêmement faible (moins de 1%).

  1. La grossesse à séparer de l'intérieur de l'utérus;
  2. Le col de l'utérus se ramollit et s'ouvre; et
  3. L'utérus doit être plus sensible au misoprostol.

Misoprostol: Le misoprostol est une prostaglandine qui stimule la contraction de l'utérus et retarde la grossesse.

Le misoprostol est disponible dans la plupart des endroits et peut également être utilisé à d'autres fins, telles que l'induction du travail, la gestion des saignements après l'accouchement et le traitement des ulcères d'estomac.

Le misoprostol est stable à la température ambiante mais peut se détériorer rapidement s'il est exposé à une humidité ou à une température élevées.

Par conséquent, le misoprostol doit être conservé dans un double blister en aluminium et conservé dans un endroit frais et sec.

1.3) Soins d'avortement centrés sur la femme

L'avortement centré sur la femme aborde la personne qui subit l'avortement non seulement en tant que patient, mais en tant que personne entière, en tenant compte de son bien-être physique, émotionnel et social et en adaptant les soins à leurs besoins et à leur situation.

Les femmes subissent un avortement pour différentes raisons.

La plupart des femmes ont déjà réfléchi à leurs options et ont pris la décision de se faire avorter avant de demander des soins.

La raison pour laquelle chaque femme met fin à sa grossesse est différente et les prestataires doivent faire preuve d'empathie et ne pas porter de jugement sur leur situation et leur décision.

Les valeurs et les attitudes des prestataires d’avortement peuvent avoir une influence importante sur la manière dont ils interagissent avec les femmes qui subissent un avortement.

Des études montrent que les rencontres positives avec des prestataires empathiques et respectueux augmentent la satisfaction des femmes à l’égard de leurs soins, augmentent les chances de compréhension de l’information et rendent les femmes plus susceptibles de se faire soigner à l’avenir.

Les prestataires d'avortements doivent continuellement réfléchir et identifier leurs propres biais subconscients afin de minimiser leur influence sur les soins qu'ils prodiguent.

Pour assurer des interactions positives, les prestataires d'avortement devraient:

  • Assurer la confidentialité et la confidentialité
  • Parlez de manière neutre et respectueuse
  • Écoutez attentivement
  • Posez des questions réfléchies et ouvertes
  • Utilisez un langage simple et non technique
  • Faire preuve d'empathie et de gentillesse envers toutes les femmes dont elles s'occupent
Leçon 2: Avant l'avortement

Leçon 2: Avant l'avortement



2.1) Établissement de la grossesse et de l'âge gestationnel

Le moyen le plus simple et le plus rapide de confirmer une grossesse dans la plupart des contextes est un simple test de grossesse dans les urines.

La plupart des tests de grossesse urinaires peuvent être utilisés 7 à 10 jours après l’absence de menstruations.

Si les tests de grossesse dans l'urine ne sont pas disponibles, on peut supposer une grossesse si la femme présente des symptômes de grossesse, tels que l'absence de règles, la sensibilité des seins, les nausées et la fatigue.

Une fois la grossesse établie, estimez la durée de la grossesse, également appelée âge de gestation.

Les grossesses sont datées en semaines à partir du premier jour des dernières règles, et non de la fécondation, comme certaines personnes pourraient le penser.

Afin de fournir des informations précises et la dose correcte de médicaments, il est important de déterminer si l'âge gestationnel est:

  • Moins de 13 semaines
  • Entre 13 et 22 semaines.

Demandez à la femme le premier jour de saignement au cours de ses dernières règles et calculez le nombre de semaines à partir de la dernière menstruation jusqu’à la date du jour à l’aide d’un calendrier.

C'est l'âge gestationnel.

Des recherches menées dans de nombreux contextes ont montré que l’utilisation de la dernière période menstruelle pour estimer l’âge gestationnel était précise et acceptable.

Les travailleurs de la santé formés peuvent également estimer l'âge gestationnel en palpant l'abdomen et en sentant le haut de l'utérus.

  • Vers 12 semaines, l'utérus peut être ressenti juste au-dessus de la symphyse pubienne (partie antérieure de l'os pubien).
  • Vers 20 semaines, l'utérus devrait être proche de l'ombilic (nombril).

Si l'âge gestationnel n'est pas clairement défini en fonction de la dernière menstruation et / ou de la palpation abdominale, il peut être évalué via un examen pelvien ou une échographie réalisée par des prestataires de soins de santé qualifiés.

Une échographie de routine n'est pas nécessaire avant un avortement médicamenteux.

Les ultrasons peuvent limiter l’accès à l’avortement et réduire la confidentialité, en particulier dans les contextes humanitaires.

De plus, une échographie de routine n'améliore pas nécessairement la sécurité ni n'améliore les résultats.

Étant donné que l'avortement médicamenteux est sans danger et efficace pour différents âges de la gestation, de petites différences d'une à deux semaines n'ont pas d'incidence significative sur les résultats cliniques.

N'oubliez pas que l'échographie est également moins précise à mesure que l'âge gestationnel augmente.

2.2) Évaluation de l'admissibilité

Presque tout le monde peut subir un avortement médicamenteux en toute sécurité, notamment:

  • Jeunes femmes
  • femmes sans enfants
  • femmes vivant avec le VIH
  • Femmes allaitantes
  • femmes ayant déjà accouché par césarienne
  • Femmes en surpoids ou insuffisantes
  • femmes atteintes de maladies chroniques stables telles que diabète, hypertension artérielle ou asthme

Il existe très peu de contre-indications à l’avortement médicamenteux.

Dans la plupart des cas, poser à la femme quelques questions simples suffit à lui permettre de procéder en toute sécurité à un avortement médicamenteux.

Des tests de laboratoire de routine ne sont pas nécessaires avant de pratiquer un avortement avec des pilules.

Vous pouvez commencer par demander à la femme: 'Avez-vous d'autres problèmes de santé?

Si elle déclare l'une des conditions suivantes, une évaluation supplémentaire ou un ajustement du processus d'avortement peut être nécessaire:

Porphyrie héréditaire, insuffisance surrénalienne chronique ou asthme sévère non contrôlé

Ces conditions rares sont des contre-indications à la mifépristone.

Les femmes présentant l'une de ces affections devraient recevoir soit le schéma posologique à base de misoprostol uniquement, soit le MVA.

Il n'est pas nécessaire de faire des tests sanguins ou un dépistage spécifiques pour exclure ces conditions avant de procéder à un avortement médicamenteux.

Habituellement, une femme sait si elle a l'un de ces problèmes de santé.

Saignements vaginaux irréguliers et / ou douleurs abdominales unilatérales

Ce sont des signes d'une possible grossesse extra-utérine, une affection peu commune où la grossesse se développe en dehors de l'utérus.

Bien que peu fréquente, si une grossesse extra-utérine se rompt, elle peut mettre la vie en danger.

Les femmes présentant ces symptômes au cours de cette grossesse doivent être évaluées par un agent de santé afin de confirmer le lieu de la grossesse (par exemple, par un examen physique ou une échographie) avant de subir un avortement médicamenteux.

Cependant, si une femme avec une grossesse extra-utérine non reconnue auparavant prend des pilules abortives, celles-ci ne lui feront pas de mal et ne provoqueront pas la rupture de la grossesse extra-utérine.

Trouble de la coagulation ou anémie sévère.

Les femmes atteintes de ces affections peuvent subir un avortement médicamenteux, mais les risques peuvent être plus élevés que la normale.

Ces femmes peuvent avoir besoin d'une surveillance plus étroite ou d'un soutien pendant le processus d'avortement.

Encore une fois, il n’est pas nécessaire de faire des tests sanguins pour exclure ces conditions avant de procéder à un avortement médicamenteux.

Histoire de deux ou plusieurs accouchements par césarienne

Si une femme a eu au moins deux accouchements par césarienne dans le passé et qu'elle est enceinte de 13 à 22 semaines, son risque de complications avec l'avortement médicamenteux est accru.

Par conséquent, une dose réduite de misoprostol est recommandée et sera discutée plus en détail ultérieurement.

Les femmes qui ont eu au moins deux accouchements par césarienne mais qui sont enceintes de moins de 13 semaines peuvent prendre la dose normale de misoprostol.

Si elle a un DIU en place

Le DIU doit être retiré avant de prendre les pilules abortives.

2.3) Consentement éclairé

Informer la femme des risques et des avantages de l'avortement médicamenteux et s'assurer qu'elle donne volontairement son consentement.

Le consentement éclairé est un processus, pas un acte unique.

Vérifiez auprès d'elle tout au long de la consultation et soyez attentif aux signaux verbaux et non verbaux.

Si elle est accompagnée par un partenaire ou un membre de la famille, parlez-lui en privé pour vous assurer qu'il n'y a pas de contrainte.

2.4) Faire un plan

Bien que l’avortement médicamenteux soit relativement simple et comporte des risques très faibles, il est judicieux d’élaborer un plan à l’avance.

Avant un avortement, une femme devrait réfléchir et décider:

  • Si elle voudrait que quelqu'un soit avec elle pendant l'avortement.

De nombreuses femmes trouvent utile de demander à un partenaire, à un ami proche ou à un membre de la famille de fournir un soutien émotionnel et de l’aider en cas de complication.

Pour certaines femmes, informer un partenaire ou un membre de la famille peut entraîner de la violence, l'isolement ou le blocage des soins. Alors, ça dépend d'elle.

  • Où subir l'avortement. Elle aura besoin d'un endroit sûr, confortable et privé pendant qu'elle ressent des saignements et des crampes.

Cela peut être sa maison, mais aussi celle d'un ami, d'un membre de la famille ou d'une autre personne en qui elle a confiance.

Si elle le préfère, elle peut également subir l'avortement dans un établissement de santé ou un refuge.

  • Quel est le meilleur moment ou le meilleur jour pour l'avortement? Elle n'a pas d'obligations de travail, d'école ou autres et peut prendre soin d'elle-même.
  • Quelles fournitures elle pourrait vouloir rendre plus confortable, comme des serviettes hygiéniques ou une bouillotte pour plus de confort.

Elle voudra peut-être aussi préparer de la nourriture et des collations à l’avance.

  • Où se trouve l’établissement de santé le plus proche et comment s'y rendre (en voiture, moto, taxi, par exemple) en cas de besoin.

Remarque: Si une femme demande des soins médicaux, elle n'a pas à dire qu'elle a utilisé des pilules pour provoquer un avortement.

Elle peut simplement dire qu'elle fait une fausse couche et qu'elle devrait recevoir les soins appropriés.

Les symptômes de l’avortement médicamenteux ressemblent beaucoup à ceux d’une fausse couche et il n’ya aucun moyen de faire la différence.

Dans les contextes humanitaires, les femmes peuvent avoir besoin d'un soutien supplémentaire pour se préparer à un avortement médicamenteux.

Par exemple, les femmes vivant dans des camps de réfugiés peuvent ne pas avoir accès à des serviettes hygiéniques ou à des latrines adéquates.

Ils peuvent également avoir des besoins de protection supplémentaires.

Parlez avec elle de sa situation et fournissez le soutien nécessaire et / ou reportez-vous à d'autres services, le cas échéant.

Lecon 3: Avortement médicamenteux avant 13 semaines

Lecon 3: Avortement médicamenteux avant 13 semaines



3.1) Choix du schéma thérapeutique à utiliser

Il existe deux options pour fournir un avortement avec des pilules:

Option 1: Combinaison de deux médicaments: la mifépristone et le misoprostol

Option 2: Utilisation de doses répétées de misoprostol uniquement

Mifépristone et Misoprostol

Très efficace avec des taux de réussite supérieurs à 95%

Le risque de poursuite de la grossesse est très faible (<1%)

Très faible risque de complications graves (<1%)

Misoprostol seulement

3.2) Comment utiliser les pilules d'avortement avant 13 semaines: Mifépristone + Misoprostol

Donnez un comprimé de 200 mg de mifépristone et huit comprimés de 200 mg de misoprostol en indiquant les instructions suivantes pour les prendre.

Lorsque vous donnez les comprimés, ne les sortez pas de leur emballage-coque, car cela les rendrait moins efficaces.

Étape 1: Avalez un comprimé de mifépristone (200 mg) avec de l'eau.

Certaines femmes peuvent avoir des saignements légers après avoir pris de la mifépristone.

Cependant, la plupart des femmes ne ressentent aucun effet après la prise de mifépristone, ce qui est normal.

Cela ne signifie pas que la pilule n'a pas fonctionné.

Certaines femmes peuvent avoir des nausées après avoir pris de la mifépristone.

  • Si elle vomit moins d'une heure après avoir avalé la pilule de mifépristone, il est peu probable que cela fonctionne et elle doit revenir pour une autre dose.
  • Si elle vomit plus d'une heure après avoir avalé la pilule de mifépristone, elle n'a pas besoin de répéter la dose.

Étape 2: Attendez 1-2 jours.

En attendant, elle peut faire ce qu’elle fait habituellement dans la vie quotidienne, comme s’occuper de sa famille, aller au travail ou à l’école.

Étape 3: Le jour de l'avortement, placez 4 comprimés de misoprostol (200 µg chacun) directement sous votre langue et conservez-les à ce niveau tout au long de leur dissolution pendant 30 minutes.

Ne pas manger ni boire pendant ces 30 minutes.

Avalez toute la salive supplémentaire qui se forme et ne crachez rien.

Après 30 minutes, rincez-vous la bouche avec de l'eau et buvez tout ce qui reste des pilules.

Le processus d'avortement devrait commencer d'ici 1 à 4 heures.

Prenez le misoprostol même si vous avez des saignements et des crampes après avoir pris la mifépristone le premier jour.

Étape 4: Si le processus d'avortement n'est pas terminé après 1 à 2 jours, prenez les 4 pilules de misoprostol restantes (200 µg chacune) comme indiqué à l'étape 3.

Le misoprostol a des effets similaires, qu'il soit pris 12 heures ou 72 heures après la mifépristone.

Dans certaines situations, la prise simultanée de mifépristone et de la première dose de misoprostol peut également s'avérer une stratégie utile.

Il est également possible de prendre des comprimés de misoprostol par voie vaginale en les insérant dans le vagin aussi loin que possible et en attendant 30 minutes.

Les femmes qui utilisent la voie vaginale doivent être informées que des morceaux de pilules peuvent rester dans le vagin pendant plusieurs heures, voire plusieurs jours.

En cas de complication et si la femme a besoin de soins médicaux, ces fragments de pilule peuvent suggérer à un professionnel de la santé que la femme a provoqué son avortement.

Ceci peut être évité en utilisant la voie sublinguale (sous la langue).

Il est important de choisir un itinéraire et de l'utiliser uniquement, et de ne pas diviser les pilules entre différents itinéraires.

3.3) Comment utiliser les pilules d'avortement avant 13 semaines: Misoprostol seulement

Distribuer 12 comprimés de misoprostol 200 mg avec les instructions suivantes.

Lorsque vous donnez les comprimés, ne les sortez pas de leur emballage-coque, car cela les rendrait moins efficaces.

Étape 1: Le jour de l'avortement, placez 4 comprimés de misoprostol (200 µg chacun) directement sous votre langue et conservez-les à ce niveau tout au long de leur dissolution pendant 30 minutes.

Ne mangez et ne buvez rien pendant ces 30 minutes.

Avalez toute la salive supplémentaire qui se forme et ne crachez rien.

Après 30 minutes, rincez-vous la bouche avec de l'eau et buvez tout ce qui reste des pilules.

Étape 2: Attends 3 heures.

Étape 3: Après 3 heures, même si vous avez commencé à ressentir des crampes ou des saignements, prenez 4 comprimés supplémentaires en les plaçant sous la langue, comme décrit à l'étape 1.

Étape 4: Attends encore 3 heures.

Étape 5: Après 3 heures supplémentaires (c'est-à-dire 6 heures après la prise du premier misoprostol), prenez les 4 derniers comprimés, comme décrit à l'étape 1.

Assurez-vous de prendre les 12 comprimés de misoprostol, même si vous crampes et que vous saignez et que vous pensez que la grossesse a commencé.

Remarque: La voie vaginale est également possible pour la méthode au misoprostol uniquement, comme expliqué précédemment.

3.4) À quoi s'attendre

Etre informé de ce à quoi s'attendre lors d'un avortement médicamenteux aidera à préparer une femme au processus et lui permettra également de distinguer ce qui est normal de ce qui est anormal pour qu'elle sache quand consulter un médecin.

Saignement

La plupart des femmes commencent à saigner dans les 1 à 3 heures qui suivent la prise de misoprostol.

Les saignements sont généralement plus abondants qu'une période menstruelle et s'accompagnent souvent de caillots sanguins.

Les saignements les plus abondants surviennent généralement 4 à 6 heures après la prise de misoprostol et ralentissent généralement dans les 24 heures.

Bien que ce soit le schéma de saignement le plus typique, chaque femme est différente et peut avoir une expérience différente.

Certaines femmes peuvent saigner plus ou moins que cela, et c'est également normal.

Les femmes auront probablement plus de saignements plus loin au cours de leur grossesse.

Certaines femmes peuvent transmettre des caillots des jours, voire des semaines plus tard.

Ceci est courant et non dangereux, tant qu'il n'y a pas de symptômes de complication.

S'il n'y a pas de saignement ou que de légers saignements après 72 heures, cela signifie probablement que l'avortement n'a pas fonctionné.

Crampes

L'avortement médicamenteux provoque des crampes légères à très fortes pendant et après le processus.

Crampes est le signe que l'utérus se contracte et que le médicament fonctionne.

Crampes est généralement forte pendant 4-8 heures après la prise de misoprostol.

Des crampes plus légères peuvent durer plusieurs jours.

Les analgésiques peuvent et doivent être pris immédiatement après la première dose de misoprostol.

L'ibuprofène est l'analgésique le plus efficace et n'a aucune influence sur l'avortement ni sur le volume des saignements.

Un schéma thérapeutique possible pour l’ibuprofène est de 800 mg par voie orale (avalé) toutes les 8 heures pendant 3 jours.

Le paracétamol, l'aspirine et le buscopan sont moins efficaces et inutiles.

Il est important de traiter la douleur le plus tôt possible. Elle ne doit pas attendre que la douleur soit insupportable avant de prendre des analgésiques.

Les femmes peuvent prendre d'autres mesures pour soulager la douleur lors d'un avortement médicamenteux, notamment:

  • Utiliser une bouteille d'eau chaude ou un coussin chauffant sur le ventre
  • Assis ou couché dans un environnement confortable
  • Écouter de la musique ou regarder des vidéos
  • Recevoir le soutien d'amis ou de la famille

Ce qu'elle pourrait voir

Selon l’âge gestationnel, la femme peut ne voir aucune forme reconnaissable (jusqu’à 7 semaines) ou peut voir un embryon jusqu’à 2 cm (9 semaines de gestation).

Les femmes peuvent choisir de ne pas regarder le coussin, de l’envelopper et de le jeter comme elles le feraient pendant leurs règles.

Lors de l'expulsion, il est possible qu'une petite traînée blanche pouvant ressembler à un petit morceau d'éponge apparaisse, qui est probablement le sac gestationnel.

Effets secondaires courants

La fièvre, les frissons, les vertiges, les maux de tête, les nausées, les vomissements et la diarrhée sont tous des effets secondaires courants du misoprostol.

Ces effets secondaires durent généralement quelques heures, puis disparaissent d'eux-mêmes dans les 24 heures.

Elle peut réduire ces symptômes en buvant beaucoup d'eau avant et pendant l'avortement, en mangeant régulièrement des aliments légers et secs et en se couchant dans un endroit confortable.

Les femmes souffrant de vomissements graves peuvent recevoir des médicaments antinauséeux comme le métaclopromide.

Durée de l'avortement

La grossesse est généralement expulsée dans les 24 heures qui suivent la prise des derniers comprimés de misoprostol.

Cependant, tout le processus d'avortement peut se poursuivre au cours des jours suivants, une majorité de femmes terminant l'avortement en l'espace d'une à deux semaines.

Tant que la femme expulse sa grossesse, ne présente aucun signe avant-coureur et que ses symptômes diminuent ou qu’elle ne l’abuse pas, il n’ya rien de plus à faire.

Certaines femmes peuvent même avoir des saignements légers ou des saignements pouvant aller jusqu'à 1 mois.

3.5) Quand demander des soins médicaux

Comme mentionné précédemment, l'avortement médicamenteux est très sûr et les complications majeures sont rares.

Cependant, il est important que les femmes soient informées des signes de complications potentielles afin de pouvoir demander des soins de santé supplémentaires si nécessaire.

Une femme devrait se rendre dans un dispensaire ou dans un autre établissement de santé dans un délai d'environ un jour si elle présente l'un des symptômes suivants:

  • Fièvre ou autre effet secondaire pendant plus de 24 heures
  • Très peu de saignements, voire aucun, 72 heures après la prise de toutes les pilules abortives
  • Saignements abondants et crampes continus qui ne diminuent pas après 7 jours
  • Symptômes de grossesse qui ne disparaissent pas (elle se sent toujours enceinte)

Ce sont des symptômes de possibles conséquences indésirables ou de complications qui devraient être évalués par un agent de santé mais ne sont généralement pas des urgences ou une menace pour la vie.

Elle peut attendre jusqu'au lendemain ou à peu près pour se faire soigner.

Une femme devrait immédiatement consulter un médecin en cas d'urgence si elle présente l'un des signes précurseurs suivants:

  • Saignements excessifs: tremper plus de deux coussinets menstruels par heure pendant deux heures d'affilée, en particulier s'ils sont accompagnés de vertiges, de vertiges ou de fatigue.
  • Douleur abdominale grave, fièvre ou sensation de très grande maladie pendant plus d’un jour
  • Pertes vaginales inhabituelles ou malodorantes

Ce sont des signes de complications potentiellement mortelles.

Elle devrait immédiatement se rendre dans un établissement de santé le plus tôt possible.

Dans de nombreux cas, un fournisseur de soins de santé qualifié peut résoudre le problème avec une intervention limitée.

Dans de très rares cas, les femmes peuvent nécessiter une hospitalisation, une intervention chirurgicale supplémentaire, une transfusion sanguine ou d'autres soins de pointe.

Il est important de la rassurer en affirmant que si elle consulte un médecin, elle n’a pas à dire qu’elle a utilisé des pilules pour provoquer un avortement si elle ne le souhaite pas.

Elle peut simplement dire qu'elle fait une fausse couche et qu'elle devrait recevoir les soins appropriés.

La prise en charge des complications liées à une fausse couche est identique à celle des complications liées à un avortement médicamenteux.

Leçon 4: Avortement médicamenteux entre 13 et 22 semaines

Leçon 4: Avortement médicamenteux entre 13 et 22 semaines



Bien que les avortements pratiqués après 13 semaines ou après représentent une minorité (10-15%) du nombre total d'avortements dans le monde, ils sont responsables de la majorité des complications graves d'un avortement non médicalisé.

Les femmes qui présentent des avortements après 13 semaines sont plus susceptibles d’être des jeunes filles, victimes de violences sexuelles, ont détecté leur grossesse plus tard et / ou ont des obstacles financiers ou logistiques aux soins.

Par conséquent, ces femmes et ces filles sont disproportionnellement mal desservies et vulnérables, et il est important que les travailleurs de l'aide humanitaire fournissent les soins dont ils ont besoin.


4.1) Préparation et mise en place

Bien que des avortements médicamenteux inférieurs à 13 semaines puissent être pratiqués presque n'importe où et avec très peu de ressources, fournir des avortements médicamenteux entre 13 et 22 semaines nécessite davantage de planification et de configuration.

L’avortement médicamenteux entre 13 et 22 semaines est très efficace et très sûr, avec un taux de complications majeur inférieur à 1%.

Mais c'est aussi plus compliqué: par exemple, cela prend généralement plus de temps, les saignements peuvent être plus abondants et la grossesse expulsée sera plus grande et plus reconnaissable en tant que fœtus.

Se préparer à ces aspects à l’avance aidera à assurer le succès de l’avortement médicamenteux entre 13 et 22 semaines.

Il est recommandé aux femmes qui subissent un avortement médicamenteux entre 13 et 22 semaines de subir l'avortement dans un établissement de santé.

Les établissements de santé doivent être ouverts et dotés d’agents de santé qualifiés à tout moment, et des mesures d’hygiène, de prévention et de contrôle de l’infection adéquates doivent être mises en place.

Toutefois, cela n’est pas toujours réalisable, en particulier dans les situations humanitaires.

Dans ce cas, les principes directeurs devraient être les soins centrés sur la femme et la réduction des risques.

Cela signifie que la priorité est d'aider la femme à éviter un avortement pratiqué dans de mauvaises conditions de sécurité et à être aussi en sécurité et en santé que possible, compte tenu des contraintes de la situation.

Par exemple, si un établissement de soins de santé n’est ouvert que pendant la journée, le calendrier des médicaments pour l’avortement peut être ajusté pour augmenter les chances que l’expulsion se produise au cours de la journée.

Les femmes qui subissent un avortement médicamenteux au-delà de 13 semaines à l'extérieur d'un établissement de santé ou à domicile doivent comprendre à quoi s'attendre et avoir un plan clair en place, en particulier pour obtenir des soins médicaux d'urgence si nécessaire.

4.2) Choix du schéma thérapeutique à utiliser

Les mêmes schémas thérapeutiques (combinaison de mifépristone et de misoprostol ou de misoprostol uniquement) fonctionnent également pour les avortements entre 13 et 22 semaines.

Cependant, entre 13 et 22 semaines, la mifépristone a un impact encore plus important sur l’augmentation de l’efficacité d’un avortement médicamenteux, raison pour laquelle il convient de l’utiliser autant que possible.

4.3) Comment utiliser les pilules d'avortement entre 13 et 22 semaines: Mifépristone + Misoprostol

Donnez les pilules abortives dans leur emballage-coque avec les instructions suivantes sur la façon de les prendre:

Étape 1: Avalez un comprimé de mifépristone (200 mg) avec de l'eau.

Certaines femmes peuvent avoir des saignements légers après avoir pris de la mifépristone.

Cependant, la plupart des femmes ne ressentent aucun effet après la prise de mifépristone, ce qui est normal. Cela ne signifie pas que la pilule n'a pas fonctionné.

Certaines femmes peuvent avoir des nausées après avoir pris de la mifépristone.

  • Si elle vomit moins d'une heure après avoir avalé la pilule de mifépristone, il est peu probable que cela fonctionne et elle doit revenir pour une autre dose.
  • Si elle vomit plus d'une heure après avoir avalé la pilule de mifépristone, elle n'a pas besoin de répéter la dose.

Étape 2: En attendant, elle peut faire ce qu’elle fait habituellement dans la vie quotidienne, comme s’occuper de sa famille, aller au travail ou à l’école.

En attendant, elle peut faire ce qu’elle fait habituellement dans la vie quotidienne, comme s’occuper de sa famille, aller au travail ou à l’école.

Étape 3: Étape 3:

Ne mangez et ne buvez rien pendant ces 30 minutes.

Avalez toute la salive formée et ne crachez rien.

Après 30 minutes, rincez-vous la bouche avec de l'eau et buvez tout ce qui reste des pilules.

Remarque: La dose de misoprostol pour les avortements médicamenteux entre 13 et 22 semaines est inférieure à la dose pour les avortements médicamenteux avant 13 semaines.

En effet, à mesure que l'âge gestationnel augmente, l'utérus est plus grand et plus sensible au misoprostol. Il est donc nécessaire de prendre une dose plus faible pour obtenir le même effet et éviter les complications.

Étape 4: Attends 3 heures.

Étape 5: Prenez 2 autres comprimés de misoprostol (200 µg chacun) comme à l'étape 3.

Étape 6: Attends 3 heures.

Étape 7: Continuez à répéter les étapes 5 et 6 (prenez 2 comprimés de misoprostol et attendez 3 heures) jusqu'à ce que le fœtus et le placenta soient expulsés.

Il n'y a pas de limite au nombre de doses de misoprostol pouvant être prises.

La posologie combinée de mifépristone et de misoprostol étant administrée entre 13 et 22 semaines, il faut en moyenne 3 à 4 doses de misoprostol.

Mais certaines femmes auront besoin de plus.

Évitez les pauses ou les retards dans les doses de misoprostol, car cela augmenterait la durée.

La plupart des femmes termineront l'avortement dans les 24 heures.

Remarque: Le délai entre la mifépristone et le misoprostol est plus important pour les avortements médicamenteux entre 13 et 22 semaines.

Pour augmenter l'efficacité, essayez de veiller à ce qu'au moins 24 heures s'écoulent entre la mifépristone et la première dose de misoprostol.

Comme dans les avortements médicamenteux avant 13 semaines, il est également possible de prendre des comprimés de misoprostol par voie vaginale.

Cette voie peut être encore plus efficace que la voie sublinguale pour les grossesses entre 13 et 22 semaines.

Il est important de choisir un itinéraire et de l'utiliser uniquement, et de ne pas diviser les pilules entre différents itinéraires.

De nouveau, si la voie vaginale est utilisée, des fragments de pilule peuvent rester dans le vagin.

Les femmes qui ont déjà accouché par césarienne ont un risque légèrement accru de rupture utérine, ce qui se traduit par une déchirure et une ouverture du mur de l'utérus.

Bien que le risque de rupture utérine soit très faible, si cela se produit, cela peut mettre la vie en danger.

Par conséquent, les femmes qui ont eu deux autres accouchements par césarienne et qui subissent un avortement médicamenteux entre 13 et 22 semaines devraient prendre une dose réduite de misoprostol: un seul comprimé (200 µg) toutes les 3 heures.

Les femmes qui ont eu un seul accouchement par césarienne et qui subissent un avortement médicamenteux entre 13 et 22 semaines peuvent prendre la dose normale de misoprostol: 2 comprimés (400mcg) toutes les 3 heures.

4.4) Comment utiliser les pilules d'avortement entre 13 et 22 semaines: Misoprostol seulement

Donnez les pilules abortives dans leur emballage-coque avec les instructions suivantes sur la façon de les prendre:

Étape 1: Le jour de l'avortement, placez 2 comprimés de misoprostol (200 µg chacun) directement sous votre langue et conservez-les à ce niveau tout au long de leur dissolution pendant 30 minutes.

Ne mangez et ne buvez rien pendant ces 30 minutes.

Avalez toute la salive formée et ne crachez rien.

Après 30 minutes, rincez-vous la bouche avec de l'eau et buvez tout ce qui reste des pilules.

Étape 2: Attends 3 heures.

Étape 3: Prenez 2 autres comprimés de misoprostol (200 µg chacun) comme à l'étape 1.

Étape 4: Attends 3 heures.

Étape 5: Continuez à répéter les étapes 3 et 4 (prenez 2 comprimés de misoprostol et attendez 3 heures) jusqu'à ce que le fœtus et le placenta soient expulsés.

Le nombre de doses de misoprostol pouvant être prises est illimité.

Avec le schéma posologique misoprostol seul entre 13 et 22 semaines, il faudra en moyenne 5 à 6 doses de misoprostol.

Mais certaines femmes auront besoin de plus.

Évitez les pauses ou les retards dans les doses de misoprostol, car cela augmenterait la durée.

La plupart des femmes termineront l'avortement dans les 24 heures.

Encore une fois, le misoprostol peut également être pris par voie vaginale, comme expliqué précédemment.

De plus, les femmes qui ont eu deux autres accouchements par césarienne et qui subissent un avortement médicamenteux entre 13 et 22 semaines devraient prendre une dose réduite de misoprostol: un seul comprimé (200 µg) toutes les 3 heures.

4.5) À quoi s'attendre

Saignements et crampes

Comme pour les avortements médicamenteux avant 13 semaines, les principaux symptômes attendus d'un avortement médicamenteux entre 13 et 22 semaines sont des saignements et des crampes.

Cependant, entre 13 et 22 semaines, il y aura probablement plus de saignements et de crampes qu'une période menstruelle abondante.

En plus de l'ibuprofène, d'autres analgésiques comme la codéine et le tramadol peuvent être nécessaires.

Il faudra peut-être aussi plus de temps et plus de doses de misoprostol avant le début des crampes et des saignements.

Effets secondaires courants

La fièvre, les frissons, les maux de tête, les nausées, les vomissements et la diarrhée sont tous des effets secondaires courants du misoprostol.

Ces effets secondaires durent généralement quelques heures, puis disparaissent d'eux-mêmes dans les 24 heures.

Les femmes souffrant de vomissements graves peuvent recevoir des médicaments antinauséeux comme le métaclopromide.

Durée de l'avortement

Lorsque l'association de mifépristone et de misoprostol est utilisée, le délai moyen d'expulsion est d'environ 6 à 10 heures à compter de la première dose de misoprostol.

Des études ont montré que 94% des femmes achèveraient leur expulsion dans les 24 heures et 97% des femmes dans 48 heures.

Lorsque l'option de misoprostol uniquement est utilisée, le délai moyen d'expulsion est d'environ 10 à 15 heures à compter de la première dose de misoprostol.

Des études ont montré que 80 à 85% des femmes achèveraient leur expulsion dans les 24 heures et 90% d’entre elles dans 48 heures.

Avec les deux schémas thérapeutiques, un large éventail de fois est possible.

Certaines femmes auront besoin de beaucoup plus de temps, voire de plusieurs jours, pour achever l'avortement.

Les femmes qui n'ont pas encore été enceintes, les femmes plus âgées et les femmes enceintes de plus en plus grosses sont plus susceptibles d'avoir besoin de plus de temps.

Rarement, une femme n'expulse pas dans les 48 heures et peut avoir besoin de doses de misoprostol encore plus importantes pour mener à bien l'avortement.

Pour réduire le délai d'avortement, il est essentiel d'utiliser le schéma thérapeutique combiné (mifépristone + misoprostol) et de ne pas suspendre ni interrompre les doses de misoprostol.

Tant qu'il n'y a pas de signes précurseurs, elle peut continuer à prendre des doses de misoprostol toutes les 3 heures.

Gérer l'expulsion

À mesure que la femme continue à prendre du misoprostol, les crampes commencent et augmentent progressivement.

Crampes signifie que l'utérus se contracte et travaille pour ouvrir le col de l'utérus et repousser la grossesse.

Avec le temps, les contractions deviendront suffisamment fortes et le col utérin sera suffisamment ouvert pour que le fœtus et le placenta soient expulsés.

Il n'est pas nécessaire d'examiner le col ou le vagin pour suivre les progrès.

Entre 13 et 22 semaines de gestation, la grossesse est plus longue, plus développée et plus reconnaissable en tant que fœtus et placenta.

Souvent, le fœtus et le placenta sortent en même temps.

Si le fœtus sort sans placenta, ne tirez pas sur le cordon.

Le placenta devrait sortir spontanément dans quelques heures.

Tant que la femme est stable et que les saignements sont minimes, elle peut continuer à prendre 400 mg de misoprostol toutes les 3 heures.

Dans les rares cas où 4 heures se sont écoulées et que le placenta n’est pas sorti, il peut être nécessaire de le retirer par un agent de santé formé, à l’aide de forceps ou de MVA.

Aucun médicament de routine n'est nécessaire pour prévenir d'autres saignements, ni aucune intervention de routine ni échographie.

Après l'expulsion

Selon les souhaits de la femme, le fœtus peut être enveloppé pour être tenu ou retenu et gardé à l’écart et enlevé.

Le fœtus peut présenter certains signes transitoires associés à la vie, tels que la respiration, des grognements ou des mouvements spontanés.

Ces signes disparaissent généralement après quelques minutes, mais peuvent être bouleversants pour les personnes présentes.

Cette possibilité doit être discutée à l'avance avec les femmes, les familles et le personnel afin qu'ils puissent être préparés et que les dispositions appropriées puissent être prises pour minimiser la détresse et respecter leurs souhaits.

Le fœtus et le placenta doivent être traités avec respect et conformément aux normes de prévention et de contrôle des infections.

Dans les pays à faibles ressources, le fœtus et le placenta peuvent être placés dans une fosse à placenta correctement construite et entretenue ou incinérés.

Les établissements de santé qui procèdent à des accouchements par voie vaginale devraient déjà disposer des systèmes de gestion des déchets nécessaires, notamment une fosse pour le placenta.

Si du papier de stérilisation ou un autre chiffon biodégradable est disponible, le fœtus peut être enveloppé dans ce matériau après l'expulsion avant d'être placé dans une fosse à placenta.

Rarement, une femme peut vouloir ramener le fœtus à la maison et l’enterrer elle-même.

Dans ce cas, ses souhaits doivent être respectés.

Toutefois, les agents de santé ne doivent pas forcer les femmes à emmener le fœtus à la maison si elles ne le souhaitent pas.

Il n’ya pas de durée obligatoire pendant laquelle une femme a besoin de rester dans l’établissement de santé après un avortement sans complication médicamenteux entre 13 et 22 semaines.

En règle générale, 1 à 2 heures suffisent pour s'assurer qu'elle est stable et que les saignements sont minimes.

4.6) Complications

Comme mentionné précédemment, l'avortement médicamenteux entre 13 et 22 semaines est très sûr et les complications majeures sont rares.

Mais les complications surviennent plus souvent et plus sérieusement que lors d'avortements plus tôt.

La plupart des complications peuvent généralement être traitées efficacement par des soins d'urgence rapides, soit sur place, soit par le biais d'un transfert dans un établissement de niveau supérieur.

Les complications graves possibles incluent une hémorragie (saignement grave) et une infection.

La gestion de ces complications est très similaire à la gestion des mêmes complications lorsqu'elles surviennent après un accouchement vaginal.

Dans de nombreux cas, un fournisseur de soins de santé qualifié peut traiter ces problèmes avec une intervention limitée.

Dans de très rares cas, les femmes peuvent nécessiter une intervention chirurgicale, une transfusion sanguine ou d'autres soins avancés.

Un plan devrait être mis en place concernant la manière dont ces complications seront gérées si elles se produisent, comment, quand et où une femme sera transférée si nécessaire.

Leçon 5: Après l'avortement

Leçon 5: Après l'avortement



5.1) Suivi

Les femmes qui subissent un avortement médicamenteux n'ont généralement pas besoin d'une visite de suivi avec un agent de santé.

Tant qu’elle ne se sent plus enceinte, elle se sent en bonne santé et que les saignements ne sont pas abondants, alors tout ira bien.

Les femmes doivent être informées qu’elles peuvent consulter un agent de santé à tout moment si elles ne se sentent pas bien ou si elles ont d’autres questions ou préoccupations.

Les tests de grossesse dans l'urine peuvent rester positifs jusqu'à 3-4 semaines après un avortement réussi.

Une échographie de suivi systématique n'est pas nécessaire et peut conduire à des interventions inutiles.

5.2) Contraception le jour de l'avortement

Une femme peut redevenir enceinte dès 8 jours après un avortement.

Il est donc important d’aborder la question de la contraception lorsqu’on fournit des services de soins liés à l’avortement.

Commencez par lui demander si elle aimerait parler de la contraception aujourd'hui.

Certaines femmes voudront peut-être parler de contraception et choisir et commencer une méthode le même jour.

Dans ce cas, discutez de ses options et indiquez la méthode qu'elle a choisie ce jour-là si c'est ce qu'elle souhaite.

Les implants et les injections peuvent être fournis lors de la même visite, même avant la prise des comprimés d'avortement.

Si elle veut des pilules contraceptives orales, donnez-lui au moins 3 mois et informez-la qu'elle peut commencer à prendre les pilules le lendemain de la fin de l'avortement.

Les DIU et les ligatures des trompes peuvent être fournis après 1 à 2 semaines une fois que l'avortement médicamenteux est terminé.

Des études montrent que certaines femmes préfèrent y penser plus souvent et y revenir plus tard, ou elles peuvent ne pas vouloir parler de la contraception du tout ce jour-là, ce qui est également bien.

Dites-lui qu'elle peut revenir à la clinique à tout moment pour discuter de la contraception ou commencer à la prendre.

Les prestataires d'avortements ne doivent pas faire pression sur les femmes pour qu'elles commencent à utiliser une méthode de contraception le jour de l'avortement.

5.3) Santé mentale après un avortement

Des millions de femmes dans le monde ont des avortements et n'ont aucun problème psychologique par la suite.

Des études montrent que l'émotion la plus souvent signalée après un avortement est le soulagement.

Au cours des premières semaines suivant l'avortement, une femme peut avoir différentes émotions, notamment soulagement, tristesse ou bonheur.

La plupart des femmes peuvent faire face à ces sentiments, en particulier avec le soutien de leurs amis et de leur famille.

Certaines femmes peuvent avoir plus de difficultés à faire face à la situation et bénéficier de la possibilité de parler à un agent de santé qualifié ou à un conseiller en santé mentale.

Une consultation de routine avec un prestataire de soins de santé mentale n'est pas nécessaire.

Des études montrent que la plupart des femmes ne ressentent aucun sentiment négatif durable ou à long terme après un avortement.

5.4) Retour aux activités de routine

La plupart des femmes retournent au travail ou à l'école le lendemain de l'avortement.

Cependant, chaque corps de femme est différent.

Une femme devrait écouter son corps.

Si elle fait beaucoup de levage physique et de gros travaux, ou si elle se sent plus fatiguée que d'habitude, elle pourrait avoir besoin de plus d'une journée d'absence du travail.

Au cours des deux premiers jours suivant un avortement médicamenteux, il est conseillé aux femmes de ne pas prendre un bain, de nager, d'utiliser des tampons ou d'avoir des relations sexuelles.

Ce sont des mesures de précaution standard pour éviter une éventuelle infection, mais il n'y a aucune preuve concluante à l'appui.

Les femmes peuvent prendre une douche à tout moment.

La plupart des femmes auront leurs prochaines règles après 4-6 semaines, mais pour certaines femmes, cela peut prendre plus longtemps.

Les premières règles après un avortement médicamenteux peuvent également être légèrement plus lourdes que la normale.

Ce site Web peut nécessiter des cookies anonymes et divers services tiers pour fonctionner correctement. Vous pouvez consulter nos Termes et Conditions ainsi que nos Politiques de confidentialité . En continuant à utiliser ce site, vous nous donnez votre accord pour le faire.