Par: Claire

Un remède de grand-mère peut-il être utilisé pour avorter?

Dans le cadre de notre travail de partage d’informations et de ressources sur l’avortement, nous, HowToUse, répondons constamment à des questions d’ordre privé de la part des usagers. Au cours de l’année écoulée, nous avons observé que le nombre de femmes qui se demandent si elles peuvent utiliser une potion de grand-mère pour avorter a augmenté. Les plantes peuvent-elles être utilisées pour avorter ? Et l’eau de javel ? Du coca et de l’aspirine peuvent-ils interrompre une grossesse?

Nous nous sommes sentis tellement interpellés par ces questions que nous avons décidé d’y consacrer un blog tout entier.

Chaque fois que l’on nous pose des questions sur l’usage de remèdes de grands-mères pour avorter, nous répliquons par une réponse simple et directe : non, les potions de grands-mères ne sont pas des méthodes sûres ou efficaces pour interrompre une grossesse. Plusieurs mélanges faits maison ne fonctionneront pas et sont souvent tout simplement dangereux. Les remèdes de grands-mères sont considérés comme une forme d’avortement dangereuse par l’Organisation mondiale de la Santé, car elle menace la santé et la sécurité des femmes. En fait, nous savons que ces méthodes d’avortement dangereuses pourraient envoyer près de 7 millions de femmes par an sur un lit d’hôpital, et sont responsables d’environ 13% de mortalité maternelle dans le monde.1 Nous ne recommanderons jamais à une femme d’essayer d’interrompre une grossesse avec un remède de grand-mère.

Toutefois, cela ne signifie pas que vous êtes à cours d’options. Il existe bel et bien des méthodes d’avortement sans danger et des ressources de soutien sont disponibles. HowToUse est juste l’une des nombreuses équipes qui existent et qui ne lésinent sur aucun moyen pour s’assurer que les femmes ne courent aucun danger lorsqu’elles avortent.

Pourquoi les remèdes de grands-mères sont-ils dangereux pour avorter?

Pour pouvoir rejeter certaines idées sur les potions faites maison, il nous faut au préalable vous faire comprendre pourquoi elles sont des options risquées pour un avortement.

Tout d’abord, beaucoup de remèdes de grands-mères utilisés pour avorter sont inefficaces. Ils sont devenus populaires grâce à des mythes et à des informations inexactes, mais ne reposent pas sur des données médicales. L’ananas et la papaye sont de bons exemples de mélanges faits maison qui ne fonctionnent pas. Aucun de ses fruits n’incitera jamais l’utérus à expulser une grossesse. Si vous en mangez trop cependant, vous aurez des maux de ventre ou une diarrhée.

Pour davantage compliquer les choses, beaucoup de potions de grands-mères ne peuvent pas être gérés en toute sécurité. Prenons les plantes et les herbes, par exemple. Même si certaines plantes et herbes ont des vertus médicinales, leur puissance est difficile à évaluer. Il est également difficile de prédire comment ces herbes ou plantes pourront interagir avec les autres systèmes de l’organisme. En plus d’être souvent inefficaces, ils peuvent entraîner des effets secondaires la plupart du temps.

Pour finir, plusieurs remèdes de grands-mères concoctés pour avorter sont extrêmement dangereux. Ils ne ciblent pas la grossesse, mais représentent plutôt un risque généralisé pour l’organisme. Boire de l’eau de javel ou une trop forte dose d’aspirine, par exemple, peut tuer.

Identification des méthodes d’avortement sûres

Si les potions de grands-mères ne sont pas des options sûres à explorer, comment se faire avorter alors ? La communauté médicale reconnaît deux méthodes sûres et efficaces, à savoir : l’avortement médicamenteux (ou avortement à l’aide de pilules) et l’avortement chirurgical.

Parlons de l’avortement chirurgical en premier. Un avortement chirurgical doit être effectué par un prestataire médical spécialement formé pour cela et dans des conditions cliniques hygiéniques. Attention : dans de nombreux pays, de faux docteurs (souvent appelés des « charlatans ») peuvent prétendre qu’ils sont à mesure de réaliser un avortement. Le faire est très dangereux. Ne solliciter pas des soins en vue d’un avortement chirurgical auprès de quelqu’un qui n’est pas un expert médical avec une formation en avortement, ou auprès de quelqu’un qui travaille en dehors d’un cadre clinique stérile.

Il peut être difficile pour certaines femmes d’avoir accès à un avortement chirurgical selon leurs pays. De nombreux pays restreignent ou interdisent les soins liés à un avortement chirurgical. Si vous recherchez des informations sur les options d’avortement dans votre pays, vous pouvez visiter notre liste des profils pays afin d’en apprendre plus sur l’avortement où vous vivez.

L’avortement médicamenteux quant à lui, est cependant devenu un moyen plus courant pour interrompre des grossesses précoces. L’avortement médicamenteux repose sur deux types de pilules : le mifépristone et le misoprostol. Vous pouvez avoir recours à un avortement médicamenteux en utilisant soit une combinaison de mifépristone et de misoprostol, soit des doses répétées de misoprostol seul.2 Remarque: lorsque vous choisissez un avortement médicamenteux, il est primordial d’avoir les bonnes informations, notamment des instructions exactes.

Si vous cherchez de plus amples informations sur l’avortement médicamenteux sans danger, vous pouvez visiter notre site web ou nous envoyer un email à info@howtouseabortionpill.org Vous pouvez aussi nous suivre sur les réseaux sociaux: nous sommes sur Facebook, Instagram, Twitter et Pinterest.

Claire est une enseignante, une défenseuse des droits reproductifs et la gestionnaire du site web https://www.howtouseabortionpill.org/